Chateau-de-Rubelles.jpg

PATRIMOINE ET HISTOIRE

Inauguration de la maison de la faïence le 21/09/2019

inauguration.jpg
Lithopanie officier.JPG
Photo N°2.jpg

La faïence de Rubelles fabriquée ici pendant 20 ans au milieu du 19e siècle mérite que nous lui rendions hommage car ses pièces sont uniques, originales et charmantes.

La spécificité du Rubelles est l’émail ombrant issu de l’art lithophanique mis au point par le baron Charles de Bourgouing. Les lithophanies sont des plaques de porcelaine très fines qui laissent apparaître à contre-jour un dessin.

L’email ombrant est l’art lithophanique appliqué à la céramique.

Charles de Bourgouing rencontra Alexis du Tremblay, propriétaire du château et de terres dans Rubelles.

C’est donc chez lui que s’édifia la fabrique à deux pas d’ici, au 23 rue de la faïencerie et en haut de l’allée du temps perdu au cœur du village à proximité de l’eau et des bois indispensables à l’industrie faïencière. Rubelles avait aussi l’avantage d’être proche de Fontainebleau et de son sable riche en silice et d’être peu éloigné de Montereau et de son argile blanche.

C’est grâce à Emile Trelat, Directeur Technique que nous connaissons les plans de la fabrique.

Le Rubelles était destiné à l’usage quotidien, les couleurs nouvelles et inattendues pour l’époque, le vert profond et brillant, le caramel, le bleu intense outre-mer, parfois turquoise, le jaune citron sont surprenants. La finesse du dessin est ravissante. Qu’il s’agisse de fruits, de personnages, de paysages locaux ou orientaux, d’animaux, le détail est toujours étonnant.

Il faut, pour bien apprécier le Rubelles, saisir la couleur puis s’appesantir sur le détail.

Mais en 1857 la fabrique créée en 1838 ferme en raison du coût de la fabrication qui est élevée et des ventes qui sont médiocres.

L’Art et l’Industrie n’ont pas pu cohabiter. Les bâtiments sont détruits mais on peut penser que les villageois, gênés par les fumées des fours, sont ravis.

Le charme de la faïence de Rubelles continue cependant à opérer. Léa, l’héroïne de Colette dans Chéri, en 1920 « déjeune dans une solitude joyeuse, souriant au vouvray sec et aux fraises de juin servies avec leurs queues sur un plat de Rubelles, vert comme une Rainette mouillée ».

La faïence de Rubelles, parce que différente, unique a inspiré de nombreuses et renommées industries faïencières, tels que Choisy le Roi, Creil, Gien, Sarreguemines, Wedgwood, mais elle n’a jamais été égalée.

Elle garde, pour l’œil du connaisseur, sa touche particulière qui fait des Rubelles des produits singuliers.

Cette maison ouvre ses portes aujourd’hui grâce à l’enthousiasme fédérateur de nombreuses personnes qui sont chaleureusement remerciées pour leur implication, leurs conseils, leurs prêts, leurs dons.